Le déclin de l’USM (de 1976 à 1981)

SAISON 1976-1977

TROISIÈME DIVISION & COUPE DE FRANCE (FFFA)

---

Gilbert Chevalier occupe toujours la fonction de président de la section football. René Dereuddre reste manceau mais abandonne le poste d’entraîneur de l’équipe A. On le nomme Directeur Sportif Général du club.

 

ALAIN LAURIER

Un ancien kiné, Alain Laurier devient, à 32 ans, le nouvel entraîneur-joueur à la place de René Dereuddre, qui a en charge les jeunes du club. Il possède un style “intello” qui détonne un peu dans le milieu du football. Il apporte au club des méthodes bien à lui mais fera-t-il aussi bien que son prédécesseur ?

 

Départs : comme à chaque changement d’entraîneur, une “légion” de joueurs quittent le club. Cette fois, ce sont Alain Maublanc, Gérard Chaffard et Alain Cahoreau.

Arrivées : Alain Jacotin (un jeune gardien de 21 ans, venant de Saint-Nazaire et formé à l’INF Vichy) et Milan Damjanovic (33 ans, né à Krin, dans l’ex-Yougoslavie), défenseur du SCO Angers qui a résilié son contrat “pro”. Il a joué au Partizan de Belgrade de 1962 à 1971 et est devenu 7 fois International dans l’équipe de Yougoslave. Il signe mais pour des raisons de contrats, ne pourra pas jouer en équipe A avant le 1er janvier 1977. Guy Trottin (arrière), Patrick Sénellier et Raymond Mahé (attaquants) complètent l’effectif.

 

L’EFFECTIF DE L’USM :

Gardiens : Alain Jacotin et Jacques Deschamps.

Défenseurs : Claude Brossier, Gabriel Réolid, Daniel Guici, Milan Damjanovic, Guy Trottin et Marc Parage.

Milieux : Alain Laurier, Jean-Yves Bombeau, Jean-Pierre Robin (c), Roger Marchi et Abdou Traoré.

Attaquants : Alain Pascalou, Ante Anic, Raymond Mahé, Alain Gougeon, Philippe Haran, Patrick Sénellier

et Maurice Hardouin.

 

LE CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (GROUPE CENTRE-OUEST)

On note un léger mieux dans les résultats du club. Si j’ai pris l’habitude de vous raconter les derbys USM-Stade Lavallois, en 1976-1977, la différence de niveau devient trop importante entre les deux clubs. Ainsi, en championnat, l’USM rencontre l’équipe B du Stade et les manceaux concèdent pourtant deux de leur huit défaites devant les lavallois. Le 4 décembre 1976 au stade Francis Lebasser, le match a lieu en lever de rideau contre “les verts” de l’AS Saint-Etienne. A la mi-temps, l’USM mène 2-0 (buts de Patrick Sénelllier et d’Ante Anic) quand l’homme en noir, appliquant les consignes de l’arbitre du match principal lui demande d’arrêter la partie pour sauvegarder le plus possible l’état du terrain. Pour les manceaux, c’est un véritable scandale ! Il s’agit d’un geste totalement méprisant ! Le match est rejoué le 16 janvier 1977 et les usmistes cette fois, prennent cinq buts contre deux de Patrick Sénellier et d’Alain Pascalou. Ce résultat sera confirmé le 23 avril 1977 au Stade Municipal, où les réservistes du Stade battent l’USM pour la seconde fois, 3-2 (encore une fois deux buts d’Ante Anic et Patrick Sénellier). Les “bleus et blancs” connaîssent encore deux défaites face à la réserve “pro” du FC Nantes, au Stade Municipal, le 24 août 1976, 2-1 et à Marcel Saupin, à Nantes, le 14 mai 1977, 3-1. Si on ajoute encore deux défaites face au Paris-Saint-Germain (le 9 octobre 1976 au Stade Municipal, 3-2), et face au Stade Rennais FC (le 13 novembre 1976 au Stade Municipal, 1-0), elle ne connaît que deux défaites face à des équipes amateurs, le 11 septembre 1976 à Concarneau (0-3) et le 5 février 1977 à Mondeville (1-2) face à l’US Normande. Au classement final, elle se classe 5e sur 16. Sur les 30 matchs de championnat, l’USM totalise 34 points (12 victoires et 10 nuls et 8 défaites, 56 buts pour et 46 buts contre), la réserve des “canaris” renouvelant d’ailleurs leur titre dans ce championnat de 3e Division, groupe Ouest.

 

LA COUPE DE FRANCE

Lors du 5e tour, le 27 novembre 1976 à Fougères, l’USM écarte encore une fois le Drapeau, 2-0 après deux buts d’Ante Anic et de Patrick Sénellier. Au stade, à l’occasion du 6e tour, le 18 décembre 1976, le Stade Malherbe de Caen (3e Division) bat l’USM, 1-0, sur un but de Bojidar Antic à la 20e minute. Ce jour-là, seul un héroïque Alain Jacotin peut éviter une pire défaite.

 

GILBERT BÉHIER EST APPELÉ A LA PRÉSIDENCE DE LA LOFA

Le 27 novembre 1976, une vieille connaissance des manceaux, Gilbert Béhier, déjà vice-président général est appelé à prendre en mains la destinée de la ligue de l’Ouest de Football. Bien connu des sportifs de l'Ouest, le nouveau Président avait largement fait ses preuves avant son élection : ancien arbitre d'excellente réputation, membre du Conseil de la LOFA depuis 1952, président du district de la Sarthe depuis 1967 et membre de la commission centrale des statuts et règlements.

 

UN NOUVEAU MAIRE : ROBERT JARRY

Changement de bord à la Mairie du Mans : à l’occasion des élections municipales de mars 1977, Robert Jarry (Parti Communiste Français) est désigné dans les fonctions de maire du Mans. A l’image de son prédécesseur, il s’occupera au mieux de l’USM sans tomber dans l’excès et gérera au mieux le déclin sportif du club puis son rapprochement avec le SO Maine.

 

 

 

1976-1977

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (groupe Centre-Ouest) :

 

Entraîneur : Alain Laurier

24/08/76 au Stade Municipal : FC Nantes (B) bat USM 2-1 Pascalou

04/09/76 à St-Nazaire : USM bat AC Saint-Nazaire 4-0 Sénellier (2), Anic, Hardouin

11/09/76 à Concarneau : US Concarneau bat USM 3-0

18/09/76 à Guingamp : USM bat En Avant Guingamp 5-2 Anic (3), csc, Laurier 25/09/76 au Stade Municipal : USM et US Normande 2-2 csc, Marchi

03/10/76 à Penmarch : USM et CS Penmarch 1-1 Hardouin

09/10/76 au Stade Municipal : Paris-Saint-Germain (B) bat USM 3-2 Hardouin, Pascalou

17/10/76 à Malakoff : USM bat USM Malakoff 3-1 Sénellier, Anic (2)

24/10/76 au Stade Municipal : USM et Le Havre AC 1-1 Laurier

07/11/76 à Berné : US Berné bat USM 2-1 Pascalou

13/11/76 au Stade Municipal : Stade Rennais FC (B) bat USM 1-0

20/11/76 à St-Brieuc : USM bat Stade Briochin 2-1 Sénellier (2)

26/11/76 au Stade Municipal : USM bat USO Mondeville 8-1 Sénellier (3), Anic (2), Pascalou (2)

Gougeon

04/12/76 à Laval : USM - Stade Lavallois (B) Match arrêté à la mi-temps (terrain).

11/12/76 au Stade Municipal : USM bat SO Cholet 2-0 Laurier, Sénellier

09/01/77 au Stade Municipal : USM et AC Saint-Nazaire 1-1 csc

16/01/77 à Laval : Stade Lavallois (B) bat USM 5-2 Sénellier, Pascalou

23/01/77 au Stade Municipal : USM bat US Concarneau 4-2 Mahé, Sénellier (2), Réolid

29/01/77 au Stade Municipal : USM bat En Avant Guingamp 1-0 Anic

05/02/77 à Mondeville : US Normande bat USM 2-1 Anic

19/02/77 au Stade Municipal : USM bat CS Penmarch 1-0 Gougeon

26/02/77 à St-Germain : Paris-Saint-Germain (B) bat USM 3-2 Sénellier, Gougeon

05/03/77 au Stade Municipal : USM et USM Malakoff 1-1 Sénellier

12/03/77 au Havre : Le Havre AC et USM 1-1 Réolid

19/03/77 au Stade Municipal : USM bat US Berné 2-1 Pascalou (2)

26/03/77 à Rennes : USM bat Stade Rennais FC (B)  2-1 Sénellier, Gougeon

02/04/77 au Stade Municipal : USM bat Stade Briochin 2-0 Anic, csc

16/04/77 à  Mondeville : USO Mondeville et USM 1-1 Pascalou

23/04/77 au Stade Municipal : Stade Lavallois (B) bat USM 3-2 Anic, Sénellier

07/05/77 à Cholet : SO Cholet bat USM 2-0

14/05/77 à Nantes : FC Nantes (B) bat USM 3-1 Pascalou

 

L’USM termine 5e sur 16 avec 31 points.

Statistiques : 12 victoires, 7 matchs nuls et 11 défaites. Buts pour : 56, buts contre : 46, différence : + 10.

 

COUPE DE FRANCE :

 

5e tour :

27/11/76 à Fougères : USM bat Drapeau de Fougères 2-0 Anic, Sénellier

 

6e tour :

18/12/76 au Stade Municipal : Stade Malherbe de Caen (D2) bat USM 1-0

 

 

SAISON 1977-1978

TROISIÈME DIVISION & COUPE DE FRANCE (FFFA)

---

Gilbert Chevalier ne renouvelle pas son mandat de président de la section football. En qualité de président général omnisports du club, Serge Baudoin assure l’intérim. Un nouveau sponsor-maillot apparaît : Impeca.

 

Départs : Milan Damjanovic et Abdou Traoré.

Arrivées : Luc Barraud (26 ans) nous vient de l’US Concarneau, Philippe Foucault, André Clair (Stade Lavallois), Patrick Jacotin (33 ans) le frère d’Alain qui joue à l’arrière. Le manceau Jean-Pierre Pasquier (21 ans) va commencer en équipe fanion.

 

L’EFFECTIF DE L’USM :

Gardiens : Jacques Deschamps et Alain Jacotin.

Défenseurs : Claude Brossier, Gabriel Réolid, Daniel Guici, André Clair, Patrick Jacotin, Guy Trottin et Marc Parage.

Milieux : Alain Laurier, Jean-Pierre Robin (c), Raymond Mahé et Jean-Yves Bombeau.

Attaquants : Roger Marchi, Alain Pascalou, Luc Barraud, Ante Anic, Jean-Pierre Pasquier, Philippe Haran, Patrick Sénellier, Philippe Foucault, Maurice Hardouin et Alain Gougeon.

 

LE CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (GROUPE CENTRE-OUEST)

La saison commence le 19 août 1977 à Laval, au stade Francis Le Basser pour le derby face à la réserve du Stade Lavallois. Les tangos battent logiquement l’USM, 1-0. Disons tout de suite que les manceaux obtiendront leur revanche le 14 mai 1978 au Stade Municipal, 1-0, sur un but d’Ante Anic, à la 89e minute. Ouf ! Mais que ce fut juste... Pour un premier bilan, à la fin septembre, après la 6e journée, l’USM a gagné tous ses matchs à domicile au Stade Municipal contre Le Havre AC, (le 26 août, 2-0), contre le Stade Brestois (B) (le 10 septembre, 4-1) et le SCO Angers (le 24 septembre, 5-1). Pendant ce temps, elle a concédé un match nul (le 3 septembre, 1-1) à Chartres et une défaite à Malakoff (le 17 septembre 1977, 3-1). La saison s’annonce plutôt bien.

 

Malheureusement, les résultats obtenus à la suite de la saison sont beaucoup moins élogieux. Après deux matchs nuls (0-0) à Quevilly et face au Stade Rennais FC (B), le 9 octobre au Stade Municipal, l’USM est battue à Orléans (16 octobre 1977, 4-0) et trois fois de suite au Stade Municipal, face à l’US Concarneau (23 octobre, 1-2), au FC Lorient (30 octobre, 0-1) et au Stade Briochin (19 novembre, 0-1). Une défaite supplémentaire nous est infligée (3 décembre, 2-0) à Mondeville face à l’US Normande. Seule la victoire remportée à Penmarch (12 novembre,1-3) et le match nul face à la réserve “pro” du FC Rouen (10 décembre, 1-1) mettent un peu de baume au cœur d’Alain Laurier. Mais il faut se faire une raison : l’USM ne jouera pas les premiers rôles cette saison et la remontée en 2e Division ne sera pas pour cette année. Après une série de quatre nuls obtenus au Havre (14 janvier 1978, 0-0), à Brest (5 février, 1-1), face à l’USM Malakoff (11 février au Stade Municipal, 1-1), à Angers (26 février, 2-2), et la victoire du 22 janvier 1978 au Stade Municipal contre le VS Chartrain (2-1), lors de l’hiver 1978, les résultats de l’USM s’améliorent un peu.

 

Elle termine même très fort sa saison. Au printemps 1978, elle remporte quatre victoires à la maison (au Stade Municipal) face à l’US Quevilly (4 mars, 2-0), à Orléans (18 mars, 1-0), à l’US Concarneau (1er avril, 2-0), à l’US Normande (30 avril, 2-1) et deux victoires à l’extérieur face aux réservistes “pros” du Stade Rennais FC (12 mars, 2-1) et à ceux du FC Rouen (6 mai, 3-2). Pendant cette période euphorique, seuls le FC Lorient (8 avril, 1-1) à domicile et le CS Penmarch (15 avril, 1-1 au Stade Municipal) obtiennent le partage des points. Bravo au Stade Briochin qui bat à domicile, 2-0, l’USM, le 23 avril 1978. Cette période doit correspondre au léger mieux dont parle Roger Marchi. Au classement de fin de saison, avec 34 points (12 victoires, 10 nuls et 8 défaites), l’USM termine 5e du groupe Ouest de 3e Division à 8 points des premiers, l’US Orléans.

 

LE RÊVE DU PETIT PATRICE

Le 23 décembre 1977, “le Petit Patrice” raconte son rêve dans les colonnes du “Maine Libre”. Celui-ci parle d’un beau cadeau et d’une grande équipe de football. Il parle de la Rotonde, de basket, de l’USM et du SOM. Mais qui est “le Petit Patrice” ? Il s’agit tout simplement d’un journaliste du “Maine Libre”. Dans les jours suivants, les Manceaux reprennent son idée en écho : “Effectivement, ce n’est pas normal qu’au Mans, il n’y ait pas une grande équipe de football”. L’idée est lancée. Que va-t-elle devenir ? Quelques jours plus tard, à l’occasion des vœux, l’ancien président Gilbert Chevalier exprime sa colère que l’on puisse un seul instant imaginer un rapprochement SOM-USM. Quant aux somistes, ils ne sont pas trop mécontents du papier du “Petit Patrice” et rient sous cape. L’une des deux équipes veut retrouver sa gloire d’antan et l’autre veut lui ravir la première place. Quoi de plus normal ?

 

LA COUPE DE FRANCE

Cette saison, petite performance en Coupe de France pour l’USM. Lors du 7e tour, le 7 janvier 1978, Mamers bat l’USM, 2-1 (but d’Ante Anic). Après l’USM et le SO Maine, à partir de cette date, on peut dire qu’une troisième équipe existe en Sarthe : les Sports Athlétiques Mamertins.

 

LES MATCHS DE COUPE DE FRANCE AU STADE MUNICIPAL

- 1/32e de finale le 29 janvier 1978 : Girondins de Bordeaux FC (1e Division) bat Stade Rennais FC (2e Division) : 3-0.

 

1977-1978

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (groupe Centre-Ouest) :

 

Entraîneur : Alain Laurier

19/08/77 à Laval : Stade Lavallois (B) bat USM 1-0

26/08/77 au Stade Municipal : USM bat Le Havre AC 2-0 Anic, Pascalou

03/09/77 à Chartres : Vélo Sportif Chartrain et USM 1-1 Sénellier

10/09/77 au Stade Municipal : USM bat Stade Brestois (B) 4-1 Sénellier (2), Barraud, Pascalou

17/09/77 à Malakoff : USM Malakoff bat USM 3-1 Anic

24/09/77 au Stade Municipal : USM bat SCO Angers 5-1 Anic, Marchi, Robin, Pirés (2)

02/10/77 à Quevilly : US Quevilly et USM 0-0

09/10/77 au Stade Municipal : USM et Stade Rennais FC (B) 0-0

16/10/77 à Orléans : US Orléans bat USM 4-0

23/10/77 au Stade Municipal : US Concarneau bat USM 2-1 Sénellier

30/10/77 au Stade Municipal : FC Lorient bat USM 1-0

12/11/77 à Penmarch USM bat CS Penmarch 3-1 Anic (2), Pirés

19/11/77 au Stade Municipal : Stade Briochin bat USM 1-0

03/12/77 à Mondeville : US Normande bat USM  2-0

10/12/77 au Stade Municipal : USM et FC Rouen (B) 1-1 Sénellier

14/01/78 au Havre : Le Havre AC et USM 0-0

22/01/78 au Stade Municipal : USM bat Vélo Sportif Chartrain 2-1 Barraud, Mahé

05/02/78 à Brest : Stade Brestois (B) et USM 1-1 csc

11/02/78 au Stade Municipal : USM et USM Malakoff 1-1 Anic

26/02/78 à Angers : SCO Angers et USM 2-2 Anic (2)

04/03/78 au Stade Municipal : USM bat US Quevilly 2-0 Barraud, Sénellier

12/03/78 à Rennes : USM bat Stade Rennais FC (B) 2-1 Anic, Réolid

18/03/78 au Stade Municipal : USM bat US Orléans 1-0 Pasquier

01/04/78 au Stade Municipal : USM bat US Concarneau 2-0 Sénellier, Hardouin

08/04/78 à Lorient : FC Lorient et USM 1-1 Sénellier

15/04/78 au Stade Municipal : USM et CS Penmarch 1-1 Réolid

23/04/78 à St-Brieuc : Stade Briochin bat USM 2-0

30/04/78 au Stade Municipal : USM bat US Normande   2-1 Barraud, Anic

06/05/78 à Rouen : USM bat FC Rouen (B) 3-2 Barraud, Sénellier, Laurier

14/05/78 au Stade Municipal : USM bat Stade Lavallois (B) 1-0 Anic

 

L’USM termine 5e sur 16 avec 34 points.

Statistiques : 12 victoires, 10 matchs nuls et 8 défaites. Buts pour : 39, buts contre : 31, différence : + 8

 

COUPE DE FRANCE :

 

7e tour :

06/11/77 à Mamers : SA Mamers bat USM 2-1 Anic

 

 

SAISON 1978-1979

TROISIÈME DIVISION & COUPE DE FRANCE (FFFA)

---

Alain Laurier, bien que possédant les diplômes nécessaires, est chapeauté par René Dereuddre. Ce dernier signe en début de saison pour quatre ans comme entraîneur général et officiel de l’USM. Une situation ambiguë qui ne contribue pas à détendre l’atmosphère entre les deux hommes aux caractères diamétralement opposés. Paradoxalement, c’est avec le communiste Robert Jarry (élu depuis mars 1977) que le Stade Municipal semble redevenir stade Léon Bollée...

 

Départs : Alain Pascalou part pour Saint-Leu en région parisienne dont il deviendra l’entraîneur. Jean-Pierre Robin signe à Juvisy. Roger Marchi part au SOM qui joue en DH, avec des déplacements moins longs avant de signer deux saisons plus tard à Rouillon. Patrick Jacotin (Rennes) et Ante Anic quittent la Sarthe.

Arrivées : une recrue de choix en la personne de Daniel David, 29 ans. Ce parisien a joué à Joinville puis au Stade Rennais FC en 1e Division en 1972-1973 et 1973-1974 et enfin à Fontainebleau. Patrick Dréano (Stade Lavallois) complètent un recrutement très sage. A 15 ans, Jean-Pierre Ropéro signe à l’USM pour jouer en cadets nationaux. Philippe Troadec (SOM) est de retour.

 

L’EFFECTIF DE L’USM :

Gardiens : Alain Jacotin et Jacques Deschamps.

Défenseurs : Claude Brossier, Gabriel Réolid, Daniel Guici, André Clair, Jean-Yves Bombeau et Marc Parage.

Milieux : Alain Laurier, Patrick Dréano, Daniel David, Raymond Mahé et Guy Trottin.

Attaquants : Philippe Troadec, Luc Barraud (c), Jean-Pierre Pasquier, Philippe Haran, Alain Gougeon, Patrick Sénellier, Philippe Foucault, Maurice Hardouin et Zakaria Farés.

 

LE CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (GROUPE CENTRE-OUEST)

La saison débute bien. L’USM ne connaît la défaite que lors de la 7e journée de championnat, le 7 octobre 1978, lors de son déplacement à Paris contre le Racing Club de France, 2-1. Mais après les trois victoires remportées à Léon Bollée face au Stade Brestois “réserve” (2 septembre, 2-0), à Poissy (16 septembre, 2-0) et contre Lisieux (9 septembre, 2-0) et les trois résultats nuls obtenus à Chartres (26 août, 2-2), à Caen (30 septembre, 0-0) et au Havre (23 septembre, 0-0) font que l’USM pointe son nez à la 3e place avec 9 points. Malheureusement les trois rencontres d’octobre se soldent par trois défaites : le Racing (7 octobre, 1-2), l’US Concarneau (14 octobre, 1-3) et surtout face au Stade Briochin (28 octobre, 1-3). Mais, il faut voir dans quelles circonstances les manceaux sont tombés ce soir-là dans un piège face aux bretons ! Tout est parti d’une faute d’arbitrage de l’homme en noir (Monsieur Mehu) qui a validé le 2e but du Stade Briochin indiscutablement hors-jeu. Ça c’est un fait parfaitement indiscutable. A la fin de la rencontre où nous avions perdu 1-3, lors de la rentrée aux vestiaires et sans doute de fort méchante humeur, le président bloque l’arbitre, engendrant une bousculade. Sous la poussée de certains joueurs “bleus et blancs”, l’arbitre s'écroule. Une bagarre éclate à ce moment-là. Les jambes de Monsieur Mehu porteront les traces évidentes de crampons et le malheur veut que Jean-Yves Bombeau soit le premier joueur derrière lui. La démission du président Chevalier survient le lendemain. Elle se veut “définitive et irrévocable” ainsi que la dissolution du bureau. Rien n’y fait ! Un coupable est réclamé par la FFF, sinon le capitaine Luc Barraud écopera d’une sanction. Jean-Yves Bombeau signe la reconnaissance de faits établie par le club. Les sanctions tombent deux mois plus tard, énormes et disproportionnées. Le Président Gilbert Chevalier et Jean-Yves Bombeau écopent de cinq ans de suspension. Mazette ! Pour un footballeur de 21 ans, cela correspond à la fin de sa carrière. Entre-temps, le président général , Serge Baudoin, s’est démis de ses fonctions. Le Comité Directeur prend les rênes de la section football et profite de la situation pour essayer d’assainir les finances du club ! Il demande des sacrifices financiers que les joueurs n’acceptent que difficilement. Alain Laurier refuse catégoriquement que l’on revoie à la baisse les conditions financières de son contrat et décide de quitter le club à la fin de la saison. Grâce aux deux témoignages importants provenant de l’officier de police (Jean-Ves Lemoine) et du Président de Saint-Brieuc (Monsieur Le Hesrin) disculpant Jean-Yves Bombeau avec en prime une manifestation de soutien organisée par les supporters, à l’occasion du match face au Havre (le 17 février 1979), son dossier sera finalement rouvert et sa suspension divisée par deux c’est-à-dire ramenée à deux ans et demi. Alain Laurier, toujours à la recherche d’un avant-centre pour son équipe-fanion, essaye, à ce poste, un joueur de la réserve, Zakaria Farés, le 18 novembre 1978 au stade Léon Bollée contre le CA Mantes. Ce joueur, propre et élégant, marque le premier but de la partie. Le lendemain, Alain Laurier déclare dans le “Maine-Libre que” : “L’USM a trouvé l’avant-centre qui lui manquait...”.

 

Dans la première partie des match-retours, sur sept rencontres, l’USM en remporte six et concède un nul rapportant ainsi 13 points à son capital. Le 3 mars 1979, après sa victoire face au RC de France, 2-1, l’USM se porte en tête du championnat ex-æquo avec Le Havre AC ! Malheureusement, la fin de saison est catastrophique et lors des neuf dernières rencontres, l’USM ne gagne que 5 points : une victoire face au Stade Quimpérois (23 mars, 2-1) et trois matchs nuls. Cette fois, on peut dire que l’USM termine sa saison en roulette... Le 14 mai 1978, au classement final, alors que Le HAC remporte le championnat avec 42 points, l’USM termine 5e avec 35 points (13 victoires, 9 nuls et 8 défaites).

 

LA COUPE DE FRANCE

Au 4e tour de la Coupe de France, le samedi 21 octobre au stade Léon Bollée, l’USM écarte l’Étoile Sabolienne, 1-0. Au tour suivant, le 11 novembre, c’est au tour de l’Ancienne de Château-Gontier de passer à la trappe, chez elle, 1-2. Lors du 6e tour, le dimanche 3 décembre au stade Léon Bollée, l’USM bat l’AS Trouville-Deauville, 4-2. Au 7e tour, le samedi 23 décembre, à Châteauroux, l’USM après prolongation termine le match sur le score de 1-1 (but de Luc Barraud) mais cette année, une modification apparaît au règlement de la Coupe de France. En cas d’égalité, c’est là la nouveauté, les équipes tireront une série de cinq tirs au but pour se départager. Comme les manceaux ne sont que deux à avoir réussi leur tir (Laurier et Réolid), le 5e tir calstelroussin est superflu et les locataires de la Division 2 s’imposent 4-2.

 

L’ex-UCK Vannes se réorganise. Il devient le Football-Club de Vannes et contacte René Dereuddre pour entraîner son équipe première. Celui-ci décline l’offre et décide de rester manceau. Par ailleurs, il continuer d’exploiter un commerce de chemises, avenue du Général Leclerc.

1978-1979

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (groupe Centre-Ouest) :

 

Entraîneur : Alain Laurier

26/08/78 à Chartres : Vélo Sports Chartrain et USM 2-2 Réolid (2)

02/09/78 à Léon Bollée : USM bat Stade Brestois (B) 2-0 Gougeon, Dréano

09/09/78 à Lisieux : USM bat CA Lisieux 2-0 Barraud, Dréano

16/09/78 à Léon Bollée : USM bat AMS Poissy 1-0 Barraud

23/09/78 au Havre : USM et Le Havre AC 0-0

30/09/78 à Léon Bollée : USM et Stade Malherbe de Caen 0-0

07/10/78 à Paris : RC France bat USM 2-1 Clair

14/10/78 à Concarneau : US Concarneau bat USM 3-1 Barraud

28/10/78 à Léon Bollée : Stade Briochin bat USM 3-1 Barraud

04/11/78 à Quimper : USM bat Stade Quimpérois (B) 1-0 Gougeon

18/11/78 à Léon Bollée : CA Mantes-la-Ville et USM 2-2 Farés, Gougeon

25/11/78 à Nantes : USM bat FC Nantes (B) 2-1 Gougeon (2)

10/12/78 à Léon Bollée : USM bat FC Rouen (B) 2-1 Gougeon, Dréano

17/12/78 à Mondeville : USM et US Normande  1-1 Dréano

13/01/79 à Léon Bollée : USM bat Stade Lavallois (B) 1-0 Dréano

27/01/79 à Léon Bollée : USM bat CA Lisieux 2-0 David, Dréano

03/02/79 à Poissy : USM bat AMS Poissy 1-0 Gougeon

10/02/79 à Brest : USM bat Stade Brestois (B) 1-0 Gougeon

17/02/79 à Léon Bollée : USM bat Le Havre AC 3-0 Pasquier (2), Dréano

24/02/79 à Caen : Stade Malherbe de Caen et USM 0-0

03/03/79 à Léon Bollée : USM bat RC France 2-1 Clair, Pasquier

10/03/79 à Léon Bollée : US Concarneau bat USM 1-0

17/03/79 à St-Brieuc : Stade Briochin et USM 0-0

23/03/79 à Léon Bollée : USM bat Stade Quimpérois (B) 2-1 David, Gougeon

30/03/79 à Mantes-la-Jolie : CA Mantes-la-Ville bat USM 2-1 Pasquier

07/04/79 à Léon Bollée : FC Nantes (B) bat USM 4-0

21/04/79 à Rouen : FC Rouen (B) bat USM 1-0

28/04/79 à Léon Bollée : USM et US Normande 1-1 Troadec

05/05/79 à Laval : Stade Lavallois (B) et USM 1-1 Gougeon

12/05/79 à Léon Bollée : Vélo Sports Chartrain bat USM 2-0

 

L’USM termine 5e sur 16 avec 34 points.

Statistiques : 12 victoires, 10 matchs nuls et 8 défaites. Buts pour : 34, buts contre : 29, différence : + 5

 

COUPE DE FRANCE :

 

4e tour :

21/10/78 à Léon Bollée : USM bat Étoile Sabolienne 1-0 David

 

5e tour :

11/11/78 à Château-Gontier : USM bat Ancienne de Château-Gontier 2-1 Barraud, Dréano

 

6e tour :

03/12/78 à Léon Bollée : USM bat AS Trouville-Deauville 4-2 Gougeon (2), Clair, Barraud

 

7e tour :

23/12/78 à Châteauroux : Berrichonne de Châteauroux (D2) bat USM 1-1 après prolongation. Barraud.

USM éliminée aux tirs au but : 4-2. Tirs réussis : Laurier, Réolid.

 

 

SAISON 1979-1980

TROISIÈME DIVISION & COUPE DE FRANCE (FFFA)

---

LE MANS CHAMPION DE FRANCE

La dernière fois que je vous ai parlé de basket au Mans, c'était lors de la Coupe de France en 1964. Au printemps 1979, le SCM, cher à Bernard Gasnal et présidé alors par Christian Balzer remporte son deuxième titre de Champion de France, confirmant ainsi la réussite de l’an dernier. Il remportera même un troisième titre en 1982. Pendant ces années de vaches maigres pour les amateurs de football, cela permet de faire oublier les résultats plutôt décevants de l’USM. Pour moi, je trouve que le SCM est un exemple pour le sport, car il favorisait la promotion sociale de ses joueurs en les incluant dans l’entreprise mère, les Comptoirs Modernes. Je vous cite pour le plaisir quelques noms de ces valeureux joueurs devenus manceaux grâce au sport : Christian Balzer, Jean-Claude Goisbault, Pierre Cordevant pour les plus connus mais aussi les Rosselo, Monnet, Lecoq, Antomori, etc... Ils gagnaient tout simplement leur vie, chacun à son niveau de responsabilité, sans faire fortune. De plus, il apportaient leur dynamisme à l’ensemble de l’entreprise et de ses salariés. Après l’euphorie des joutes européennes, le club aura du mal à se relancer et sera même relégué en Nationale 1B en 1987, avant de revenir dans l'élite à la fin de saison 1990.

 

MIGUEL RODRIGUEZ

Comme promis, l’USM, toujours sans président, perd Alain Laurier qui rejoint le Stade Malherbe de Caen pour la saison 1979-1980. Miguel Rodriguez (34 ans) arrivé à l’USM en 1968 (à 23 ans) et qui a longtemps joué en B et C le remplace à la tête de l’équipe fanion. La saison passée, à 34 ans, il entraînait l’équipe B. Au départ d’Alain Laurier, il décide d’arrêter de jouer sur le terrain pour mieux se concentrer sur ses nouvelles attributions.

 

Départs : Alain Laurier, Jean-Yves Bombeau, Daniel Guici (arrêt suite à de fréquentes blessures), Maurice Hardouin (devient entraîneur à Fresnay-sur-Sarthe), Luc Barraud (Stade Rennais FC) et Daniel David, déçu par le club.

Arrivées : Roger Bertin (depuis 1973, il joue à Laval en 2e Division puis en 1e Division), Jean-Pierre Audrin et N’Diaye qui connaîtra des problèmes “psy” et disparaîtra de l’effectif à la fin de la saison.

 

L’EFFECTIF DE L’USM :

Gardiens : Alain Jacotin et Jacques Deschamps.

Défenseurs : Claude Brossier, Gabriel Réolid, Roger Bertin (c), André Clair et Marc Parage.

Milieux : Patrick Dréano, Jean-Pierre Audrin, Raymond Mahé et Guy Trottin.

Attaquants : Philippe Troadec, Jean-Pierre Pasquier, Philippe Haran, Alain Gougeon, Patrick Sénellier et Philippe Foucault.

 

LE CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (GROUPE CENTRE-OUEST)

L’USM effectue une saison très moyenne en restant jusqu’en mars, à la limite de la relégation en 4e Division. Le 27 octobre 1979, lors du match contre Poitiers comptant pour la 10e journée de championnat, elle remporte sa troisième victoire (deux buts de Roger Bertin et Gabriel Réolid) devant 516 spectateurs plus ou moins endormis... A la fin novembre, on parle d’une nouvelle recrue : Mour M’Bengué, un africain de 26 ans qui à joué au Dial Diop de Dakar avant de venir en France.

 

A la fin de saison, contrairement à l’habitude des Manceaux, les “bleus et blancs” terminent en boulet de canon en remportant cinq des neufs derniers matchs du calendrier et en totalisant ainsi 14 points sur 18 possibles ! Ils se classent finalement ex-æquo avec l’AS Poitiers PEP, à la 6e place du groupe Centre-Ouest de 3e Division, avec 31 points (11 victoires, 9 matchs nuls et 10 défaites), les réserves “pros” du FC Nantes et du SCO Angers terminant aux deux premières places du Groupe.

 

LA COUPE DE FRANCE

L’USM commence la compétition nationale au 4e tour, à Ernée. Après avoir encaissé un but sur penalty au début de la partie (6e minute), les “bleus et blancs” reprennent calmement l’avantage en marquant trois buts par Gabriel Reolid et puis deux fois par Jean-Pierre Pasquier. Ce dernier, en grande forme, a peut-être même réussi un troisième but mais l’arbitre a jugé que le gardien érnéen a bloqué la balle devant la ligne alors que tous les spectateurs présents ont vu qu’il s’en est saisi derrière... Après avoir donc éliminé l’Ernéenne, l’USM est sortie au 5e tour, par la “toute petite porte”, au stade Léon Bollée par l’Ancienne de Château-Gontier (1-3). Les frères Beaussier (Dominique, deux réalisations et Yves, une réalisation) marquent les trois buts lors de la première mi-temps... A 3-0, l’USM “sans ressort” et “sans âme” montre un piètre visage, mais réussit tout de même à réduire le score. Le lendemain, le “Maine-Libre” se lamente : “Quelles sont les solutions quand la leçon vient d’un Château-Gontier ?”

 

L’ELECTION DU NOUVEAU BUREAU

Depuis le 29 octobre 1978 et la démission du président Gilbert Chevalier qui se voulait “définitive et irrévocable”, le poste de président libre. Très attendues par le club, les élections d’avril 1980 donnent les résultats suivants : le poste de président échoue à Eude Malbois, MM. Bonnin et Stévenot se voient confier les postes de 1er et 2e vice-président. Le reste du bureau se trouve composé de MM. Bidet (secrétaire), Esnault (secrétaire adjoint), Lambin (trésorier) et Mussard (trésorier adjoint).

 

Sans argent, combien de temps pourra tenir le club en 3e Division ? Pendant ce temps-là, il faut noter que le Stade Malherbe de Caen mené par Alain Laurier parti en début de saison, remporte dès sa première année au club, le titre de Champion du Groupe Ouest de 3e Division, démontrant ainsi le savoir-faire de son entraîneur. Mais comme nous n’avons pas su le garder...

 

L’ambiance entre tous ces jeunes joueurs n’était pas triste. La cohésion obstervée sur le terrain, se retrouvait aussi après les matchs. Dans la pure tradition des “pionniers” du club, ils savaient s’amuser sans nuire aux résultats de l’équipe, bien sur ! A chaque naissance, faisant preuve d’un remarquable esprit de corps, les joueurs du club se regroupaient les jeudis soir afin de fêter l’événement (et l’avènement) d’abord autour d’un bon couscous et, pour terminer la soirée, là où ils le pouvaient. Dans le but de protéger ces messieurs, tous mariés et bons pères de famille, de la vengeance éventuelle et tardive de leurs épouses, je ne vous citerai pas les joueurs concernés mais sachez qu’ils sont nombreux à avoir participé à ces sorties entre copains.

 

 

1979-1980

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (groupe Centre-Ouest) :

 

Entraîneur : Miguel Rodriguez

25/08/79 à Léon Bollée : FC La Roche-sur-Yon bat USM 2-1 Dréano

01/09/79 à Angers : USM bat SCO Angers (B) 2-1 Foucault, Parage

08/09/79 à Léon Bollée : SO Châtellerault bat USM 1-0 Pasquier

15/09/79 à La Rochelle : ES La Rochelle bat USM 3-0

22/09/79 à Léon Bollée : USM bat Girondins de Bordeaux (B) 2-1 Réolid, Foucault

29/09/79 à Saumur : Olympique de Saumur et USM 1-1 Sénellier

06/10/79 à Tours : FC Tours (B) bat USM 3-1 Gougeon

13/10/79 à Léon Bollée : US Saintes bat USM 5-1 Pasquier

20/10/79 à Bourg : AEBP Bourg-sous-La Roche et USM 0-0

27/10/79 à Léon Bollée : USM bat Stade Poitevin PEP 2-0 Bertin, Réolid

10/11/79 à Nantes : FC Nantes (B) et USM 1-1 Troadec

17/11/79 à Léon Bollée : USM et Chamois Niortais FC 1-1 Sénellier

01/12/79 à Libourne : AS Libourne et USM 0-0

08/12/79 à Léon Bollée : USM bat US Saint-Pierre-des-Corps 5-0 Troadec, Bertin (2), Dréano, Brossier

22/12/79 à Cerizay : USM bat CO Cerizay 3-0 Réolid,Troadec, Sénellier

19/01/80 à Léon Bollée : USM et SCO Angers (B) 0-0

26/01/80 à Châtellerault : USM et SO Châtellerault 1-1 Troadec

02/02/80 à Léon Bollée : ES La Rochelle bat USM 2-1 Sénellier

16/02/80 à Bordeaux : Girondins de Bordeaux (B) et USM 1-1 Réolid

23/02/80 à Léon Bollée : Olympique de Saumur bat USM 2-0

01/03/80 à Léon Bollée : FC Tours (B) bat USM 2-1 Dréano

08/03/80 à Saintes : US Saintes et USM 1-1 Clair

15/03/80 à Léon Bollée : USM bat AEBP Bourg-sous-La Roche 2-0 Troadec, Gougeon

22/03/80 à Poitiers : Stade Poitevin PEP bat USM 2-1 N’Diaye

29/03/80 à Léon Bollée : USM bat FC Nantes (B) 1-0 Réolid

12/04/80 à Niort : USM bat Chamois Niortais FC 2-1 Troadec, csc

19/04/80 à Léon Bollée : USM bat AS Libourne 1-0 Dréano

26/04/80 à St-Pierre : USM et US Saint-Pierre-des-Corps 0-0

03/05/80 à Léon Bollée : USM bat CO Cerizay 4-2 M’Bengué (2), Réolid, Gougeon

10/05/80 à La Roche : USM bat FC La Roche-sur-Yon 1-0 Bertin

 

L’USM termine 6e sur 16 avec 31 points.

Statistiques : 11 victoires, 9 matchs nuls et 10 défaites. Buts pour : 37, buts contre : 35, différence : + 2.

 

COUPE DE FRANCE :

 

4e tour :

04/11/79 à Ernée : USM bat l’Ernéenne 3-1 Réolid, Pasquier (2).

 

5e tour :

25/11/79 à Léon Bollée : Ancienne de Château-Gontier bat USM 3-1 Gougeon

 

 

 

 

 

SAISON 1980-1981

TROISIÈME DIVISION & COUPE DE FRANCE (FFFA)

---

Le nouveau président, Eude Malbois, désire que les joueurs ayant la trentaine ne soient pas conservés dans l’effectif. Cela signifie que Miguel Rodriguez va devoir “faire le ménage”...

 

Départs : Marc Parage devient entraîneur à Fresnay (il assurera cette fonction pendant 17 ans), Gabriel Reolid et Alain Jacotin passent au SO Maine alors qu’Alain Gougeon et Guy Trottin signent au CO Pontlieue. Philippe Foucault (Chantenay-Villedieu), André Clair (en Mayenne) et Jean-Pierre Audrin (outre-mer) partent également.

Arrivées : En plus du gardien de but, Yves Flohic qui vient de Tours, Miguel Rodriguez compte sur Michel Raulin (ex-pro à Lucé) et sur le martiniquais Pierre Bajoc (25 ans) qui a joué en “B” au PSG. Pour remplacer ses trentenaires, il va essayer les juniors suivants en équipe A : Pascal Froger (aucun lien de parenté avec Thierry), Frank Eon, Jacques Lequellec, Christophe Pottier, Michel Polak, Jean-Michel André, Laurent Maupilé, Frédéric Teil et Jean-Pierre Ropéro. Freddy Bruteul (un junior de Pruilllé-le-Chétif). Jean-Luc Bouttier (Savigné-l’Evêque) et Mour M’Bengué complètent l’effectif.

 

L’EFFECTIF DE L’USM :

Gardiens : Yves Flohic et Jacques Deschamps.

Défenseurs : Claude Brossier, Pierre Bajoc, Roger Bertin (c), Pascal Froger, Raymond Mahé, Frank Eon

et Jean-Pierre Ropéro.

Milieux : Michel Raulin, Patrick Dréano, Michel Polak, Christophe Pottier, Jean-Michel André, Laurent Maupilé

et Jacques Lequellec.

Attaquants : Philippe Troadec, Freddy Bruteul, Jean-Pierre Pasquier, Philippe Haran, Patrick Sénellier, Mour M’Bengué, Frédéric Teil et Jean-Luc Bouttier.

 

LE CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (GROUPE CENTRE-OUEST)

Par la force des choses, Miguel Rodriguez est donc obligé d’incorporer en début de saison, un maximum de jeunes dans l’équipe-type du club doyen qui, malgré une évidente bonne volonté, ne sont pas prêts. Miguel Rodriguez se casse les dents. Le 30 août 1980, pour la 2e journée de championnat, les manceaux reviennent de Bordeaux avec trois blessés et quatre buts dans la valise ! L’USM s’installe dans le wagon de queue du classement. Les premiers points marqués ne seront pris que le 14 septembre à Poitiers, où l’USM gagne 3-1 (buts de Michel Raulin, Frédéric Teil et Raymond Mahé). Le 15 novembre, à l’occasion de la 12e journée de championnat, l’USM (avant-dernier) reçoit le dernier, le SO Châtellerault. Au stade Léon Bollée, les manceaux sont menés 2 à 0, quand l’arbitre décide de les aider un peu. Il siffle un penalty et valide un but un peu limite... Commentaire du “Maine-Libre” : “arbitrage lamentable de Monsieur X...” Aujourd’hui, on ne plus lire dans les journaux ce genre d’appréciation sur l’arbitrage. Le politiquement correct nous a envahis partout, même et y compris dans le football ! Pourtant,1980, ce n’est pas si vieux que cela...

 

LA COUPE DE FRANCE

Après avoir éliminé l’AS Bessé-sur-Braye (2-0), le parcours de l’USM se termine dès le 5e tour, le 30 novembre, au stade Léon Bollée, éliminé par les SA Mamertins, 1-0.

 

LE RETOUR DE RENÉ DEREUDDRE AUX AFFAIRES

A la fin des match-allers, l’USM n’a que 8 points à son actif et étant avant-dernier, se trouve en situation de relégable. L’élimination de la Coupe de France par Mamers n’arrange rien et devant tous ces mauvais résultats, Miguel Rodriguez préfère arrêter là sa mission. Quelques jours avant l’Assemblée Générale du 23 décembre 1980 le président, Eude Malbois qui, lui aussi, décide de jeter l’éponge (pour des raisons familiales). Voici comment procède Miguel : il demande à ses joueurs de voter à bulletin secret s’ils sont satisfaits ou pas de son travail. Dans le climat régnant au sein du club, une majorité de joueurs se dégage naturellement contre lui. En tirant les conclusions, Miguel remet sa démission au bureau de l’USM, lors de l’assemblée générale.

 

Une fois parti du club et après une année sabbatique, Miguel Rodriguez signera pour deux ans à Coulaines en mai 1982, avant de faire une coupure de quelques années pour des raisons familiales. Cet éducateur hors-pair reviendra à l’USM comme Entraîneur Général des jeunes, lors de la fusion avec le SOM en 1985-1986. Ce poste sera tenu jusqu’à cette date par René Dereuddre. Le président Eude Malbois étant démissionnaire, un nouveau vote porte Jean-François Stévenot à la tête de la section football de l’USM. Le nouveau président demande alors à René Dereuddre qui occupe le poste de directeur sportif général de reprendre en main l’équipe A et d’assurer l’intérim. D’emblée, René Dereuddre accepte de relever le défi, mais précise bien qu’il se contentera de gérer la situation présente jusqu’à la fin de la saison et qu’il faut dès maintenant rechercher un nouvel entraîneur pour la saison suivante.

 

La première décision de René Dereuddre est de remettre Jacques Deschamps dans les buts à la place d’Yves Flohic. Ensuite il fait appel à Jean-Pierre Ropéro et Freddy Bruteul. Celui-ci “fait des miracles” (commentaire du “Maine Libre”). Après l’embellie du mois d’avril et les trois victoires successives obtenues contre l’US Saintes (28 mars, 2-1), puis contre le SO Châtellerault (4 avril, 1-0 au stade Léon Bollée) et l’US Melun (11 avril, 1-0 au stade Léon Bollée), les manceaux les plus optimistes croient que René Dereuddre va réussir dans sa mission. Mais après trois défaites sucessives lors de ses trois derniers matchs, l’USM finit à la 14e place avec 21 points (8 victoires, 5 nuls et 17 défaites). Le Mans est reléguée en 4e Division. Si au soir du 10 mai 1981, le jour de l’élection de François Miterrand, le cœur est à la fête un peu partout en France, par contre, on fait grise mine à l’USM. Il y a même des mauvaises langues qui disent que, lors du retour de La Roche-sur-Yon, certains joueurs (ils se reconnaîtront...) ont essayé de noyer leur chagrin.

 

LA LIGUE DE L’OUEST EN 1981

Fin 1980-1981, la ligue de l’Ouest de Football compte 153.124 licenciés et 1.722 clubs. Dans les années précédentes, la ligue a déployé une intense activité sous l’impulsion du président Léon Guiard (un ancien joueur puis président de l’AS Brestoise), réalisant la construction d'un siège social adapté aux besoins des clubs, en particulier aux techniques de l’informatique. La ligue de l’Ouest a aussi trouvé des solutions pour garder ses licenciés et résister aux conséquences d’une démographie descendante. C’est la dernière fois que je vous parle de cette ligue de l’Ouest car...

1980-1981

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE TROISIÈME DIVISION (groupe Centre-Ouest) :

 

Entraîneur : Miguel Rodriguez

23/08/80 à Léon Bollée : FC La Roche-sur-Yon bat USM 2-1 Bertin

30/08/80 à Bordeaux : Girondins de Bordeaux (B) bat USM 4-0

07/09/80 à Léon Bollée : CS Meaux bat USM 1-0

14/09/80 à Poitiers : USM bat Stade Potievin PEP 3-1 Raulin, Teil, Mahé

21/09/80 à Léon Bollée : RC Fontainebleau bat USM 3-0

28/09/80 à Colombes : RC Paris bat USM 2-1 Pottier

04/10/80 à Léon Bollée : USM bat ES La Rochelle 2-1 Brossier, Bruteul

11/10/80 à Saumur : USM bat Olympique de Saumur 1-0 Froger

18/10/80 à Léon Bollée : AEBP Bourg-sous-La Roche bat USM 3-1 Raulin

25/10/80 à Tours : FC Tours (B) bat USM 2-0

01/11/80 à Léon Bollée : USM et US Saintes 3-3 Sénellier (2), Troadec

15/11/80 à Léon Bollée : USM et SO Châtellerault 2-2 Raulin, Sénellier

22/11/80 à Melun : US Melun bat USM 2-0

06/12/80 à Léon Bollée : ES Viry-Châtillon bat USM 3-1 Pasquier

13/12/80 à St-Médard : AS Saint-Médard-en-Jalles bat USM 4-0

 

Entraîneur : René Dereuddre

18/01/81 à Léon Bollée : USM et Girondins de Bordeaux (B) 1-1 Polak

24/01/81 à Meaux : CS Meaux bat USM 4-0

31/01/81 à Léon Bollée : Stade Poitevin PEP bat USM 3-0

07/02/81 à Fontainebleau : RC Fontainebleau bat USM 2-1 Raulin

21/02/81 à Léon Bollée : USM bat RC Paris 2-1 Sénellier, Mahé

28/02/81 à La Rochelle : ES La Rochelle bat USM 2-1 Bruteul

07/03/81 à Léon Bollée : USM bat Olympique de Saumur 1-0 Bruteul

14/03/81 à Bourg : AEBP Bourg-sous-La Roche et USM 1-1 Bruteul

21/03/81 à Léon Bollée : FC Tours (B) bat USM 1-0

28/03/81 à Saintes : USM bat US Saintes 2-1 Raulin, Dréano

04/04/81 à Léon Bollée : USM bat SO Châtellerault 1-0 Raulin

11/04/81 à Léon Bollée : USM bat US Melun 1-0 Polak

25/04/81 à Viry-Châtillon : ES Viry-Châtillon bat USM 0-0

02/05/81 à Léon Bollée : AS Saint-Médard-en-Jalles bat USM 1-0

08/05/81 à La Roche : FC La Roche-sur-Yon bat USM 2-1 Polak

 

L’USM termine 14e sur 16 avec 21 points.

Statistiques : 8 victoires, 5 matchs nuls et 17 défaites. Buts pour : 27, buts contre : 52, différence : - 25.

Pour la saison 1981-1982, elle est rétrogradée en 4e Division.

 

COUPE DE FRANCE :

 

4e tour :

09/11/80 à Bessé-sur-Braye : USM bat AS Bessé-sur-Braye 2-0 Raulin, Teil

 

5e tour :

30/11/80 à Léon Bollée : SA Mamertins (DH) bat USM 1-0

 

COUPE DE L’OUEST :

 

Tour éliminatoire (avec René Dereuddre) :

17/01/81 à Solesmes : USM (B) bat FC Solesmes 3-1 Raulin, Polak, M’Bengué

 

1/32e de finale :

15/02/81 à Coulaines : USM bat JS Coulaines 3-1 après prolongation

Troadec (2), Raulin

1/16e de finale :

16/04/81 à Léon Bollée : CO Pontlieue bat USM 1-0